3 février 2014 - Bassératou

Vie de couple : pourquoi pousser sa conjointe à l’avortement?

femme-ennceinte-du-mondeIls sont nombreux les hommes qui poussent de gré ou de force leur conjointe à l’avortement. Loin d’être un phénomène, c’est plutôt une réalité à laquelle beaucoup de femmes font face sans savoir à quel saint se vouer. En témoigne justement cet exemple d’épouse tourmentée qui cherche depuis un moment la personne qui voudra bien l’aider à se débarrasser du fœtus de ses entrailles. Elle n’a pas, en effet, vu ses règles et tous les signes corporels montrent qu’elle est enceinte.

Comment donc annoncer la nouvelle (bonne ou mauvaise, c’est selon) à son époux qui non seulement a toujours considéré son quatrième enfant comme le benjamin, mais aussi n’imagine pas un instant que son épouse tombe enceinte. En un mot comme en mille, plus question d’agrandir la famille. Ce qui laisse à croire qu’un enfant n’est pas le bienvenu dans la famille, il faut bien « l’éviter ». Au risque de supporter toutes les conséquences qui peuvent en découler. Combien sont-elles ces femmes au foyer qui  traversent de pareilles situations sous nos tropiques ? La question qui se pose est comment un époux peut-il se permettre de tels agissements alors que les responsabilités incombent à tous les deux ?

En effet, des hommes s’étonnent toujours lorsque leur conjointe annonce une grossesse. « Comment tu as fait ? Ou encore, comment cela est-il arrivé ?  Mais, ce n’est pas possible ! ». Comme si les choses s’étaient passées en son absence et qu’il n’en est pas comptable. On dira sans doute qu’il revient à la femme de prendre ses précautions. Et parmi ces précautions, le choix par exemple de contraceptifs en vue de planifier ou d’espacer les naissances. Mais est-ce une décision individuelle ? De plus, quand on entretient une relation sexuelle sans protection, il est normal qu’il y ait des risques de grossesse. Aucun homme ne peut jurer qu’il n’en est pas conscient encore moins les hommes mariés.

Il est vrai que par moment, ces situations de grossesses inattendues peuvent être le fruit de l’infidélité de certaines femmes au foyer, mais cette éventualité est rare. De tels cas malheureux sont simplement à proscrire et peuvent alors expliquer que l’homme exige l’avortement ou dans le pire des cas, répudier purement et simplement sa femme. Mais il convient d’admettre que dans la plupart des cas, le chef de famille est bien l’auteur de la grossesse.

Et même que là, à chaque fois, on a tendance à jeter l’anathème sur la femme, qui selon les « féodaux », est maîtresse de son corps. Puisqu’à leur avis, elle doit évidemment connaître ces jours d’ovulation. Qu’à cela ne tienne, l’avortement clandestin, on le sait, présente d’énormes risques et le pire est bien la mort. Pourquoi donc exposer la femme ? Il sera sans doute difficile de dresser des statistiques de ces cas. Mais, une chose est sûre, elles sont nombreuses les femmes qui subissent ces épreuves dans leur foyer. Dans le silence.

 

Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *