25 avril 2014 - Bassératou

Passeports diplomatiques : En avez-vous vraiment besoin pour convaincre le peuple ?

passeportMardi 22 avril 2014 sur la toile et dans certains journaux. La nouvelle est «triste». Certainement pour des responsables du dernier des partis politiques, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP). Des leaders de ce parti, démissionnaires du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) parti au pouvoir, notamment Clément Sawadogo et Victor Tiendrebeogo par ailleurs Larlé Naaba, ont été informés de l’annulation de leur passeport diplomatique. Pourquoi?

 

Les raisons vont d’un sens à un autre. Quant aux commentaires que ce soit sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter…, les sites internet ou même dans les grins de thé, chacun va de sa compréhension sur la situation.Si les uns estiment qu’il est tout à fait normal de retirer ce «sésame» à certains d’entre eux parce qu’ils ne remplissent les conditions de le posséder, comme cela se fait habituellement, d’autres par contre pensent qu’il s’agit de leur barrer la route de Kossyam. Autrement dit, leur empêcher d’aller à la conquête de l’électorat au niveau extérieur. Pour Djibril Bassolet, cela semble être de bonne guerre de retirer le passeport diplomatique à certains leaders du MPP puisque, dit-il: «ces derniers effectuent des missions à l’étranger pour salir l’image du Président Blaise Compaoré et dénigrer le Burkina Faso».

En clair, la raison du retrait du document diplomatique dont les privilégies, aussi paradisiaques soient-ils, est tout simplement d’empêcher les MPPiste d’aller dire du mal de Blaise Compaoré à l’extérieur du pays. Une sanction? Une mesure répressive? Décrie-t-on au niveau de l’autre camp.

Mais a-t-on vraiment besoin de ce document pour mener à bien des missions? Est-ce une décision surprenante quand on sait que ce sont les mêmes qui infligeaient les mêmes torts –s’il en est- à ceux qui étaient contre leur gestion du pouvoir? N’ont-ils pas, eux aussi fait des victimes dans ce sens ? Ce petit privilège est-il donc plus important que leur engagement à vouloir offrir plus que le meilleur au peuple burkinabé dont ils se glorifient ?

Aussi, combien de Burkinabé qui se battent jour et nuit pour le rayonnement du pays n’ont jamais possédé de passeport diplomatique mais ne s’en sont jamais plaints? Ne devaient-ils d’ailleurs pas le restituer dès lors qu’ils ont quitté leur fonction, dès lors qu’ils ne cautionnent plus le système? Si bien que certaines personnes estiment qu’ils auraient dû avoir honte de se plaindre.  La rupture de confiance étant établie entre eux et Blaise Compaoré qui est «le propriétaire» des passeports diplomatiques, il devrait savoir que ce dernier ne leur permettra plus d’aller parler en son nom. Et même contre son nom et la diplomatie qu’il incarne.

Qu’à cela ne tienne, ces désormais anciens diplomates burkinabé en quête du pouvoir ont-ils nécessairement besoin de passeport diplomatique pour battre campagne? N’y a-t-il pas d’autre priorité que ce «papillon»? La politique, c’est aussi cela. User de tous les moyens pour contrecarrer l’adversaire et ceux qui se sont vu retirer le passeport le savent mieux que quiconque. Autant donc se ressaisir pendant qu’il est temps pour gagner la confiance des Burkinabé dont certains commencent déjà à douter de la bonne foi des leaders du «bébé» des partis de l’opposition.

Bassératou KINDO

Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *